• sl8331

Les bouffées de chaleur

Les bouffées de chaleur restent l'une des premières causes de consultations liées à la ménopause. C'est un symptôme que l'on me relate souvent en bilan de naturopathie.


Fréquence et importance dépendent de chaque femme. Un seul dénominateur commun : à la ménopause, l'équilibre thermique, la relation à la température ambiante sont totalement modifiés.

Diurnes, nocturnes ou les deux, elles peuvent être peu fréquentes ou très nombreuses.

Lors de ce dernier cas et quand le sommeil en est perturbé, que la sueur devient handicapante, que palpitations et malaises viennent s'y ajouter ; il est temps de trouver des solutions.


En premier lieu, il sera question de gérer le plan hormonal.


La ménopause correspond à une baisse de sécrétion hormonale, c'est complexe mais plusieurs pistes peuvent être envisagées :


Votre homéopathe pourra vous aider à stimuler ou à freiner l'une ou l'autre hormone. Cette "organothérapie" sera choisie en fonction de sa dilution (4 ou 5 CH pour stimuler, 9CH pour réguler, 15 ou 30CH pour freiner).

En voici quelques uns qu'il pourra vous conseiller :

Folliculinum, une dilution d’œstrogène naturel, capable de freiner l'excès d’œstrogène

Luteinum, en cas de carence en progestérone.

Ovaire, limite les grandes irrégularités menstruelles inconfortables.

Utérus, dans le cas de saignements excessifs et fibromes.

....Il existe plusieurs autres remèdes homéopathiques pour prendre en charge le terrain ou certains symptômes spécifiques sans action directe sur le plan hormonal. Consultez un homéopathe.


.La phytothérapie ; les plantes à action hormonale


Le houblon, à action œstrogénique, souple d'utilisation, particulièrement utilisé lors des insomnies de la femme ménopausée mais également :

- des bouffées de chaleur

- de l'hyperexcitabilité, nervosité et stress.


La sauge est l'une des plantes de référence pour son action œstrogénique et dans les ménopauses confirmées particulièrement.

La sauge sclarée aurait un meilleur profil efficacité/tolérance que la sauge officinale.

Ses propriétés sont notamment :

- activité équivalente à l'action des œstrogènes

- stimule l'ovulation

- calme les bouffées de chaleur


.L'alchémille, est la plante progestative par excellence. Souvent utilisée en pré ménopause pour ses actions :

- régulation du cycle

- augmentation de la synthèses des hormones thyroïdiennes

- antioxydante, angioprotectrice (sur les vaisseaux sanguins), antihypertensive.


Le gattilier, offre un action unique ; freiner les oestrogènes en agissant sur l'hypophyse. Dans le cadre de la pré ménopause et début de ménopause, car il :

- régule les cycles

- normalise la sécrétion pulsatile des hormones de l'hypothalamus et l'hypophyse ( LH, FSH)

- anti oestrogène et anti andogène

- inhibition de la sécrétion de prolactine

- sédatif


Le cimicifuga (voir post précédemment),

est efficace sur les bouffées de chaleur, les troubles de l'humeur et du sommeil. A proscrire en cas de foie fragile.


Les graines de lin, riches en isoflavones, en phyto-oestrogènes pour accompagner la ménopause, contre la constipation. Il sera nécessaire de les broyer juste avant consommation ou trempées plusieurs haures dans de l'eau ou un lait végétal. L'hule de lin n'aura pas ces vertus.


Il en existe bien d'autres, comme le trèfle rouge, le fenugrec, le yam, le grémil...


N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou thérapeute pour les contre indications, posologies de ces plantes...


Les bouffées de chaleur, comment en venir à bout ?


Lorsque l'un ou l'autre des moyens ci-dessus a été envisagé pour travailler sur la cause, d'autres pistes peuvent être prises pour traiter le symptôme des bouffées de chaleur :


Le mélilot, anti oedémateuse, cette plante est bonne pour la circulation et anti inflammatoire. En extrait sec, titré en coumarine, à raison de 500 mg matin et soir en période chaude.


Les huiles essentielles de cyprès et de lentisque pistachier en massage sur le plexus solaire, le bas ventre, le bas du dos ( attention, demandez conseil pour la dilution et les contraintes).


Une tisane de sauge à la fin du dîner. Attention en cas de cancer du sein.


L'acupuncture sera également efficace, ainsi que la relaxation, la sophrologie.


L'alimentation sera essentielle également ! Consultez votre thérapeute !






22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout