• sl8331

La migraine


La migraine est une céphalée, un mal de tête pulsatile la plupart du temps, intervenant par crises, accompagnée parfois de nausées ou intolérances à un bruit ou à la lumière.

Chez certaines personnes des signes précurseurs surviennent (les "aura", le + souvent visuel).


Parfois ressentie des 2 côtés de la tête, la migraine est souvent localisée d'un seul côté de la tête, au niveau d'une tempe ou au dessus d'un oeil. Elle progresse rapidement et peut durer plusieurs heures. Elle peut réveiller en pleine nuit et seuls calme et pénombre sont supportés;


La migraine chronique est d'origine neurologique, aux facteurs génétiques et environnementaux complexes. L'une des clés principales est la tension musculaire des muscles du dos et du cou, à l'origine de la plupart des migraines.


On distingue 4 types de migraines ; sans signe précurseur, avec "aura" (vision altérée, acouphènes...), menstruelle, matinale.


Les médicaments (antalgiques, anti-migraineux, anti-épileptiques) ont des effets secondaires importants et ne proposent qu'un soulagement partiel et un éventuel espacement des crises.


Il est donc nécessaire d'aller travailler sur les causes, les origines, dont la tension musculaire, elle-même symptôme d'autres problématiques telles que stress, fatigue, déficit en oligo-éléments, bruxisme (serrer les dents), ostéopathie, blessures émotionnelles, colopathie.


Les muscles du dos et du cou sont puissants et peuvent comprimer certains nerfs crâniens, le bloc maxillo-cervical, engendrant la pulsalité des migraines. Le bruxisme peut entraîner un enraidissement des ces nerfs.


Le bruxisme, ou fait de serrer les dents, peut aller jusqu'à créer une inversion de la courbure du rachis cervical. Les migraineux serrent souvent les dents, sont régulièrement porteurs de troubles digestifs et hépatiques (intestins et foie), ressentent des douleurs des trapèzes, de la nuque, des épaules, souvent fatigués.


En période menstruelle, la chute des oestrogènes provoque également des états de tension.


Blessures émotionnelles, repli sur soi, surmenage, d'imitation (cellule familiale) et parfois d'origine in-utéro sont à envisager également.


Comment prévenir céphalées et migraines sans médicaments ?


- porter la langue au palais dès que l'on se rend compte que l'on serre les dents, mastiquer suffisamment, efficacement, pour détendre la mâchoire,

- tenir ses épaules abaissées pour garder trapèzes et nuques décontractés,

- préserver ses intestins, son foie (psyllium, chardon marie, probiotiques, bouillotte...)

- agir sur le stress, le sommeil (passiflore, valériane, mélisse...),

- agir sur les tensions musculaires (harpagophytum, camomille allemande, reine des près...),

- agir sur la douleur (Grande Camomille en phytothérapie/ antimigraineuse, antispasmodique, sédative)

- consulter votre praticien, thérapeute afin de vérifier les déficits en oligo-élements (lithium, magnésium...), aborder l'acupuncture, la méthode Mézières (reprogrammation posturale), l'ostéopathie, les fleurs de Bach (gestion des émotions),

- consulter un psychothérapeute et autres praticiens en techniques psychanalytiques ou hypnotiques, afin de prendre conscience, verbaliser les éléments moteurs, gérer son stress...

- utiliser la sophrologie, le do-in, le shiatsu, le yoga pour allier détente du psychisme et des muscles...

- dormir suffisamment, correctement dans la mesure du possible, se coucher avant 23h,

- vérifier la présence d'arthrose (quasi 100% des + de 45 ans ont de l'arthrose),

- éviter les excitants (café, thé, alcool, chocolat...),

- bien s'hydrater après l'effort pour éviter les douleurs des muscles

... ... ...

Ces conseils sont des pistes sérieuses mais ne sont pas exhaustifs. Consultez votre praticien, thérapeute pour les précautions d'emplois.



8 vues0 commentaire